Vue abbaye royale de l'epau

L’Abbaye de l’epau : histoire et anecdotes

L’Abbaye de l’Épau n’est pas seulement un édifice avec une Histoire (avec un grand H). Ce lieu a traversé différentes époques avec des anecdotes plus mineures à livrer. Beaucoup de personnes sont passées par là : des moines, des convers, ou encore des orphelins. Pour chacun, ce lieu a abrité des moments de leur vie. Et bien, l’abbaye a aussi fait partie de la mienne ! Avant de me lancer dans la rédaction web et dans ce blog, j’ai exercé plusieurs années à l’Épau ! Avec un travail passionnant et une équipe de médiatrices au top, il va être difficile de rester objective. Euh… en fait, je ne le suis jamais dans mes articles ! Voici donc un petit tour d’horizon de l’histoire de l’Abbaye de l’Épau de sa création à nos jours.

cloitre de l'abbaye de l'epau

Un peu d’Histoire

Une abbaye fondée par la reine Bérengère

L’abbaye fût construite à l’initiative de Bérengère de Navarre pour accueillir des moines cisterciens. Fille du roi de Navarre et veuve de Richard Cœur de Lion, elle termine sa vie au Mans et fait le choix de fonder cet édifice pour le repos de son âme en 1229. Elle meurt très rapidement après le début de la construction. Pour honorer la sépulture de la reine, on sculpta son gisant encore aujourd’hui présent au sein du bâtiment. On la découvre allongée tenant entre ses mains un livre de prière avec son image comme une mise en abîme. Elle porte une couronne, une bourse à sa ceinture et un lion git à ses pieds. Ces éléments témoignent de sa royauté et de son caractère pieux, fidèle et généreux. Plus qu’un portrait réaliste, cette sculpture fait l’éloge de Bérengère.

Gisant de Bérengère de Navarre

À part cette sculpture, vous observerez quelques chapiteaux sculptés ainsi que des traces, plus tardives, de peintures murales dans le dortoir et la sacristie. Ce sera tout en ce qui concerne les ornements. Il ne faut pas oublier que l’ordre cistercien est très rigoureux. Les moines suivent étroitement la règle de Saint Benoît. Tout ce qui détourne les moines de leur foi est banni. Austérité, dénuement, pauvreté, travail et prière étaient leur quotidien. Cette sobriété se retrouve dans l’architecture des lieux.

Des épisodes contrastés

Les travaux de construction durent plus de 130 ans. Et puis, en 1365, pendant la guerre de 100 ans, l’abbaye est fortement endommagée. Reconstruite au XIVe siècle et remaniée ensuite au fil du temps, l’Abbaye de l’Épau sera monastère jusqu’à la Révolution. Elle est ensuite vendue et transformée en blanchisserie, deviendra une exploitation agricole, et sera occupée par les troupes allemandes pendant la seconde guerre mondiale. En 1948, elle accueille un orphelinat puis sera à l’abandon pendant des années. Le département de le Sarthe devient propriétaire de l’abbaye en 1959. Aujourd’hui pleinement restaurée, monument historique, l’abbaye revit des moments de gloire. Aujourd’hui lieu de réunion de l’assemblée départementale, elle obtient le soutien sans faille des élus. Également lieu de culture et naturel, elle accueille de nombreux évènements toute l’année.

Histoire contemporaine de l’Abbaye de l’Épau

Un jardin cultivé en permaculture

L’abbaye est fondée sur un terrain marécageux. Un des principes des moines cisterciens était de bâtir leurs monastères sur des terrains pauvres mais, toujours avec de l’eau à proximité. L’eau tenait une place primordiale, indispensable à la culture, au travail, à l’alimentation et à l’hygiène. Pour pouvoir vivre en autarcie, ils aménageaient des systèmes d’irrigation performants pour faciliter le travail et le vie quotidienne. Nous avons très peu d’informations sur les aménagements de l’époque, seul un plan de la fin du XVIIIe siècle subsiste. Le projet actuel est d’envergure. L’idée est de rendre sa vocation vivrière aux jardins de l’abbaye de l’Épau. Plusieurs hectares sont donc aujourd’hui cultivés en permaculture. On a creusé une marre, planté un verger et d’autres travaux sont à venir. La cuisine du Café des moines (le restaurant in situ) utilise, en partie, les productions. Petit à petit, les jardins sont valorisés et deviennent une partie intégrante de la visite de lieu. N’hésitez pas à entamer la conversation avec Clara, si vous la croisez dans les jardins. Cheffe en permaculture, elle se fera un plaisir de vous raconter le projet. Pour un avant-goût, découvrez son portrait ici.

Ce qu’il ne faut pas rater

  • la visite guidée du lieu, (c’est toujours mieux avec les explications, non ?). Renseignez-vous avant pour les horaires. En indépendant, le billet d’entrée comprend le prêt d’une tablette numérique ;
  • la majesté et le plan pas commun de l’abbatiale ;
  • les fresques de la sacristie et celle du dortoir ;
  • la voûte en châtaignier du dortoir ;
  • le gisant de Bérengère ;
  • les festivals de musique : le jazz avec l’Europa ou le classique avec le Festival de l’Épau. Le bon plan est qu’en deuxième partie de soirée, le Magic Mirror accueille des concerts gratuits. Ce chapiteau baroque et festif, installé chaque année au mois de mai, vaut le coup d’œil ;
  • l’exposition de BD annuelle, toujours pointue qui permet d’apprécier des planches montrées rarement au public ;
  • à la même période, les illuminations pour petits et grands. Cette année, le voyage lumineux et sonore dans le cadre de le Mansonore est sublime. Du contemporain dans du vieux, j’adore !

L’abbaye de l’Épau est une étape incontournable de la visite du Mans pour comprendre l’histoire du coin et plus vaste. Si vous êtes local, vous trouverez forcément chaussure à votre pied à un moment de l’année, car la programmation est riche et diverse. Il y en a vraiment, pour tous les goûts ! Et je ne dis pas du tout ça parce que j’y ai travaillé 😉 !

histoire de l'abbaye de l'epau

Localisation

Let's go !
Téléchargez maintenant votre guide gratuit :

Comment organiser mes vacances responsables en France ?

Adresse e-mail non valide
Voyagez près de chez vous. Faites de votre quotidien un voyage ✨

Ecrire un commentaire