La Vallée du Loir à vélo

La vallée du loir à vélo

Un week-end de printemps, nous avons décidé d’aller visiter le Loir à vélo. Si vous cherchez des infos sur LA Loire, vous êtes au mauvais endroit ! Ici, il s’agit bien du Loir, cette rivière qui prend source dans le Perche et qui se jette 317 km plus loin dans la Loire au nord d’Angers. Nous enfourchons nos vélos au départ de notre maison du Mans et hop, direction la gare. Un TER nous emmène tout droit vers la Vallée du Loir, pleine de surprises et si méconnue. Tant mieux pour nous ! Nous roulons, cheveux au vent, pendant trois jours sans croiser grand monde. Cap sur une section de la Vallée du Loir à vélo !

La vallée du loir à vélo : de Chateau-du-loir à Montoire-sur-le-loir

La Vallée du Loir à vélo est la première véloroute en France à longer une rivière de sa source à sa confluence. Elle épouse la Saint-Jacques à vélo sur les premiers kilomètres puis rejoint La Loire à vélo à Angers. La route est doucement vallonnée, mais pédaler sur cet itinéraire reste facile. 87 % du chemin est partagé avec les routes de voitures. Elles ne sont cependant pas très empruntées. Pour les familles qui recherchent la sécurité, la voie verte entre le Lude et la Flèche suit le tracé d’une ancienne voie de chemin de fer.

Durant notre expérience, nous avons uniquement emprunté les tronçons H (22 km de Ruillé-sur-Loir à Château-du-Loir) et G (23 km de Montoire-sur-le-Loir à Ruillé-sur-Loir) pour des raisons de temps et de transport. Je vous explique pourquoi à la fin de l’article. Cette section de la Vallée du Loir à vélo est à cheval sur les départements de la Sarthe et du Loir-et-Cher. Elle traverse des paysages ruraux : étangs, vignobles, prairies et villages. L’atmosphère tranquille et bucolique est clairement le must de ce voyage. Les incontournables sont les vignobles des Coteaux-du-Loir et les villages pittoresques (maisons troglodytiques, fresques d’églises).

Les vignobles de Coteaux-du-loir et Jasnières

Connaissez-vous les Coteaux-du-Loir et plus particulièrement le Jasnières ? Manceaux depuis maintenant 5 ans, nous sommes familiers de ces vins sarthois. Ce fut un grand plaisir de découvrir le terroir qui permet leurs cultures.

L’appellation des Coteaux du Loir regroupe 16 communes. Au Moyen-âge, les moines cisterciens ont largement développé ces vins, puis les rois Henri IV et Louis XIV les ont plébiscités. Depuis les années 70, ce vin connaît un regain d’intérêt. L’appellation est située dans la région la plus au nord du val de Loire, protégée par la forêt de Bercé. Elle profite d’un climat tempéré avec des coteaux exposés plein sud. Le principal cépage du rouge et du rosé est le Pineau d’Aunis et celui du blanc est le Chenin Blanc.

Le Jasnières est l’AOC la plus appréciée (mon chouchou aussi). Elle s’étend uniquement sur les deux villes de Lhomme et Ruillé-sur-Loir. En tout, seulement 70 hectares se regroupent sur une longueur de 4 km. Avec sa robe jaune d’or et sa tendance fruitée aux arômes d’agrumes, de fruits secs et de miel, ce vin sec et moelleux possède une forte minéralité. Il peut se garder plusieurs années. Environ 20 producteurs se partagent le travail dont trois en bio : le Domaine de Bellivière, Les Maisons Rouges et La Roche bleue. Nous n’avons pas pu faire de dégustation, mais nous comptons bien y revenir !

Jasnières et côteaux du loir

Un patrimoine discret le long du Loir

Un autre atout de la Vallée du Loir à vélo est la traversée des villages et la présence d’un patrimoine discret, rural et insolite. Les lavoirs, églises et châteaux parsèment les paysages. Ce parcours cyclable vous promène loin de l’agitation des villes. Hors des sentiers battus, cette véloroute est bien plus discrète et beaucoup moins touristique que sa voisine la Loire à vélo.

La pierre de Tuffeau donne ce caractère particulier à la région. L’architecture typique est construite en tuffeau ou en moellons revêtus d’un enduit ocre et coiffée d’ardoise. Le territoire de la Vallée abrite environ 140 châteaux et manoirs privés. De nombreux moulins sont encore présents, ils servaient à la farine, à l’huile et plus tard à la papeterie. Ils apportent une touche champêtre au décor. Je vous invite à me suivre dans les différents villages que nous avons traversés.

Brocante et gastronomie à La Chartre-sur-le-Loir

D’environ 1500 habitants, la Chartre-sur-le-Loir accueille une vingtaine de boutiques d’antiquités, brocantes et métiers d’arts. Ce qui lui confère un charme bohème plaisant. Voici quelques adresses que je vous recommande :

  • hébergement : le Camping du Vieux-Moulin, au bord du Loir, très calme et agréable ;
  • apéro : à la terrasse du Jasnières sur la place de la république pour goûter aux vins locaux dans une ambiance conviviale ;
  • restaurant : B le restaurant qui avait ouvert seulement quelques mois auparavant. Un très bon restaurant avec un menu à l’ardoise. Le Chef Julien Bénard cuisine des produits frais et de saison. Très belle surprise.

Le saviez-vous ?
C’est à la Chartre-sur-le-Loir, que l’usine Rustine fabrique le fameux outil pour les vélos. Louis Rustin (1880-1954) est l’inventeur de la Rustine. Il dépose son brevet en 1922. Cette pièce de caoutchouc qui permet de boucher un trou sur un objet gonflable, peu s’avérer très utile pour nous autres, les cyclistes.
Et vous savez quoi ? Figurez-vous que Tonio a crevé à quelques kilomètres de la Chartre-sur-le-Loir sur la route du retour !!! Le comble est que nous n’avions pas prévu de rustine (prévoyants comme nous sommes). Nous devions avoir le dernier train pour rentrer au Mans et nous avons été obligés de payer un « taxi » dans l’unique commerce ouvert… un garage… qui n’a pas non plus réussi à regonfler notre pneu !
Dans les années 50, les usines fabriquaient 30 millions de rustines par mois. Un peu désuet aujourd’hui avec la « qualité » des nouveaux pneus, ce cher Rustin nous aurait pourtant bien aidé ! Le petit-fils du créateur a su se renouveler. L’entreprise fabrique aujourd’hui des joints techniques pour les trains.

Art et patrimoine à Poncé-sur-le-Loir

Il faudra bifurquer de la Vallée du Loir à vélo et emprunter un morceau de la boucle 6 pour accéder à ce charmant village incontournable pour les adeptes de culture. Il regroupe deux sites à visiter lors de votre périple : le Château de Poncé et les Moulins de Paillard. Ne manquez pas aussi les fresques du XIIe siècle de l’église Saint-Julien dans le haut-bourg.

Les Moulins de Paillard est un centre d’art contemporain qui accueille des expositions, performances et artistes dans une ancienne papeterie.

Le Château de Poncé en tuffeau est un bâtiment de style renaissance qui date de 1542. Sa renommée est dû à son remarquable escalier central décoré d’un plafond à caissons sculptés. Il est aussi agréable de se promener dans le jardin remarquable et d’apprécier la terrasse pittoresque Caroline de style néo-classique. Construite en 1830 par le propriétaire du château, elle a été choisie par la mission Stéphane Bern comme patrimoine à sauvegarder. La rotonde ferroviaire de Montabon et la Jumenterie du Lude, plus loin sur la V47, font aussi partie de cette sélection.

Ronsard à couture-sur-loir

Pierre de Ronsard est né en 1524 dans le Manoir de la Possonnière. La visite avec audioguide revient sur l’histoire de l’ascension familiale depuis le Moyen-âge jusqu’au début de la Renaissance. Le style de la façade du manoir montre d’ailleurs l’évolution des styles architecturaux. L’intérieur du manoir n’est pas forcément mémorable, mais vous en apprendrez beaucoup sur la vie du poète dans ce petit havre de paix. Ne manquez pas les constructions troglodytes à l’entrée et le jardin de création récente fort agréable.

Vous pouvez prévoir, comme nous, de pique-niquer dans la charmante aire de pique-nique de l’Isle-Verte. Vous serez au calme au plus proche du Loir pour vous reposer. Ronsard venait s’y promener et lire. Il aurait souhaité y être enterré, mais sa famille a dû vendre l’île pour payer les dettes. Une pierre tombale rend hommage à l’écrivain.

Maisons troglodytes à Troo

Un peu plus de 300 habitants seulement vivent dans ce village coup de cœur et insolite. La majorité des maisons est construite dans la roche et confère au lieu une atmosphère presque mystérieuse. Là encore, nous étions seuls lors de notre balade à pied dans la cité troglodyte. À flanc de coteau, terrasses, grottes, caves et autres curiosités vous attendent. En face de Troo, de l’autre côté du Loir, l’église romane de Saint-Jacques-des-Guérets renferme des peintures murales grandioses datant des XII et XIIIe siècles.

Insolite : la Cantina du Corbusier
À Marçon, village sarthois d’environ 1 000 habitants, les enfants de la commune ont profité pendant de nombreuses années d’une œuvre du Corbusier. Inaugurée en 1960, elle est aujourd’hui plus aux normes et inaccessible. Ce bâtiment en béton, sur pilotis, de forme rectangulaire et ouvert sur le sud par une grande baie vitrée, reste un témoignage de l’architecture moderne et des principes du Corbusier.

Vous l’avez compris la Vallée du Loir à vélo possède plein de trésors discrets dans cette vallée tranquille. Si vous avez besoin de calme, à l’abri du tourisme de masse, pédalez au cœur de ces paysages ruraux et de villages insolites. Ce périple ne vous prendra que quelques jours. Pour les plus ambitieux, vous pouvez rejoindre la Loire à vélo une centaine de kilomètres plus loin. Pour les cyclistes moins pressés, découvrez d’autres lieux sympas en Sarthe.

Informations pratiques de la V47

L’itinéraire de la V47

La V47 alias Vallée du Loir à vélo est longue de 320 km. Elle longe le Loir, de sa source à Illiers-Combray jusqu’à Angers, quelques kilomètres avant qu’il ne se jette dans la Loire. Munissez-vous de la carte et de ce carnet de route en version papier, que vous trouverez dans les structures touristiques de la région. Un peu à l’écart de la V47, il existe aussi 6 boucles qui peuvent compléter un séjour plus long.

Carte Loir à vélo

Accès à la Vallée du Loir

En Sarthe, l’unique gare pour accéder à la Vallée du Loir est celle de Château-du-Loir. C’est la raison pour laquelle nous avons uniquement pédalé sur l’itinéraire entre Château-du-Loir et Montoire-sur-le-Loir. Étant partis en train du Mans, et pour seulement trois jours, nous avons dû réaliser un aller-retour à partir de ce point. Lorsque nous aurons plus de temps, nous partirons dans l’autre sens jusqu’à Angers où nous pourrons récupérer un train.

N’hésitez pas à vous référer à la carte du réseau SNCF (toujours utile) pour vous organiser en fonction de votre lieu de départ et des parkings possibles. Il existe plusieurs gares entre Vendôme et Châteaudun.

Il semblerait qu’il soit possible de profiter du TIS en Sarthe, mais je n’ai pas bien compris le principe. J’ai l’impression qu’il faut en faire la demande. Si vous avez des infos, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire.

Bonne route !

Let's go !
Téléchargez maintenant votre guide gratuit :

Comment organiser mes vacances responsables en France ?

Adresse e-mail non valide
Voyagez près de chez vous. Faites de votre quotidien un voyage ✨
Latest comments
  • José Rocha M

    18 avril 2020

    Voilà ma prochaine balade en vélo. En lisant votre description de votre périple cela donne envie. Bravo

    Reply
  • Marie Laure

    18 avril 2020

    Un joli projet !
    Merci pour cette article très complet.
    Il ne nous reste plus qu’à enfourcher nos vélos !

    Reply

Ecrire un commentaire